Les trilogies d’Ewilan

J’entame les festivités avec les trois trilogies du défunt Pierre Bottero. Je conseille à tous de lire ces merveilles dans l’ordre car chaque trilogie fait plus ou moins référence aux précédentes aventures d’Ewilan. Si vous aimez le style Fantasy Jeunesse avec de la magie, des chevaliers, un empire à protéger, des démons plus que démoniaques avec une aventure pleine d’humour, ces histoires sont faites pour vous!

La première trilogie, La Quête d’Ewilan, nous plonge au coeur de la vie de Camille Duciel une jeune adolescente surdouée adoptée par des parents peu aimants. Elle va très vite découvrir qu’elle est dotée de pouvoirs hors du commun qui lui permettent de se transporter du monde que nous connaissons à l’autre monde « Gwendalavir ». Elle sera suivie durant toutes ses aventures par Salim, un garçon de son monde, ainsi que par d’autres personnages qui appartiennent quant à eux à « l’autre monde ». Cette équipe l’aidera à développer son Don, l’Art du Dessin, le pouvoir de rendre réel tout ce qu’elle imagine.

Camille découvrira qu’elle s’appelle en réalité Ewilan Gil’Sayan et que ses parents étaient des dessinateurs exceptionnels. Afin de sauver l’empire de Gwendalavir des démoniaques Ts’liches, Ewilan va devoir éveiller des dessinateurs piégés par ces démons et partir à la recherche de ses parents…

Au cours de cette aventure Ewilan va tisser des liens importants avec Salim ainsi qu’avec les autres membres de la petite troupe. J’ai beaucoup aimé la simplicité avec laquelle l’auteur a développé ces liens. Ces derniers égayent le récit et le rendent fluide à la lecture. Je me souviens avoir ri de nombreuses fois aux idioties de Salim prêt à tout pour suivre Ewilan…

La deuxième trilogie, Les Mondes d’Ewilan, narre une nouvelle aventure de notre duo Ewilan-Salim avec notre célèbre équipe.

Eléa Ril’Morienval, une dessinatrice aveuglée par ses ambitions et sa soif de pouvoir, va enlever Ewilan pour la soumettre à une série de tests tous plus cruels les uns et que les autres. Salim, d’abord seul puis soutenu par son ancienne équipe, va l’aider à se sortir de ce mauvais pas. Ils vont ensuite se rendre compte que la diabolique dessinatrice a prévu d’invoquer un monstre de la pire espèce en utilisant son Don de l’Imagination. La traîtresse aura le soutien d’un peuple inconnu, mais non moins puissant, des alaviriens (habitants de Gwendalavir): les valinguites. Notre équipe n’aura pas le temps de souffler, en effet le temps presse l’abominable chose est sur le point de devenir réelle! La course contre la montre a débuté…

Cette trilogie est dans la suite de la première. On note cependant un peu plus de maturité de la part de nos jeunes protagonistes qui découvrent les aléas de l’Amour et les duretés de la Vie. C’est pour cela que je l’ai préférée à la première trilogie, je trouve que nos personnages prennent plus de relief sans pour autant que cela entrave la fluidité de lecture. L’auteur traite des doutes, des choix, ou encore des sacrifices que les personnages sont capables de faire pour l’accomplissement de leurs missions respectives, et tout cela sans parler de la profondeur des sentiments qui les lient…

Cette troisième et dernière trilogie, Le Pacte des Marchombres, relate l’histoire d’Ellana Caldin la célèbre marchombre qui a suivi Ewilan durant ses aventures. On va mieux comprendre ce personnage au travers de ses choix ou de ses rencontres. On découvre tout d’abord l’univers de la jeunesse d’Ellana puis ses débuts en tant que marchombre aux côtés DU maître marchombre : Jilano Alhuïn. On va ainsi apprendre ce que signifie être marchombre parce que ce ne sont ni des voleurs ni des combattants hors du commun. Non! Ce sont des êtres libres, qui allient poésie et fluidité du corps et des mouvements. Le marchombre va rechercher son bonheur au travers des espaces et de sa poésie, les plus grands maîtres seront capables d’écouter le vent, de se fondre dans les milieux les plus hostiles, ou encore de chevaucher la brume…

Ellana évolue au cours de son enseignement, son impétuosité et sa vigueur apporteront de la fraîcheur au roman. Une fois son entraînement fini, après 3 ans dédiés à son maître, après « la greffe », Ellana part vivre une nouvelle aventure celle qui la liera avec notre ancienne équipe, Ewilan, Salim, Edwin, et les autres… Ellana va rapidement décider de former le jeune Salim pour qu’il devienne un marchombre accompli. Elle se liera également à Edwin Til’Illian, un maître parmi les maîtres guerriers, avec lequel elle aura un enfant. Cet enfant sera enlevé par les mercenaires du Chaos (les ennemis des marchombres vouant leurs capacités au meurtre et à la terreur) car il représenterait l’enfant d’une certaine prophétie. Edwin et Ellana, séparés et croyant chacun que l’autre est mort, vont remuer ciel et terre afin de récupérer leur enfant…

Cette trilogie est plus sombre que les premières, en effet la mort y est beaucoup plus présente apportant un caractère plus cruel dans l’existence de la petite Ellana. Si ces livres m’ont moins fait rire, ils ne m’ont pas pour autant déplus. On se laisse entraîner par la poésie marchombre que j’ai trouvée exceptionnelle dans sa simplicité et sa profondeur. On va pouvoir suivre Edwin et Ellana dans la recherche de leur enfant, on va percevoir leur désespoir mais aussi leur amour…

 

Publicités

Un commentaire pour Les trilogies d’Ewilan

  1. michard dit :

    j’ai lut les 6 premier livre et j’ai adoré !!!!!!!
    je conseil a tout les lecteurs fantastique de les lire !!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s